mobile icon
sprachwahl
20.11.2020

Protection des espèces et des monuments combinée à la production d'énergie régénérative

Actuellement, la fortification de Kirschbaumwasen combine la protection des espèces et des monuments à la production d'énergie régénérative. Les travaux sont réalisés par l'entreprise de construction Schleith GmbH avec le soutien intensif de PASCHAL.

Un emplacement de chantier extraordinaire avec de multiples particularités

Le chantier de Kirchbaumwasen présente de nombreux défis qui sont particulièrement perceptibles lors de l'exécution des travaux. Beaucoup de nouvelles constructions doivent être reliées à l'ancienne structure, et les conditions d'espace sont particulièrement exiguës, car le chantier est encerclé entre la route nationale et la ligne ferroviaire, en raison du niveau élevé du terrain et des conditions hydrologiques, les niveaux d'eau fluctuant considérablement au cours de la journée.Un chantier – 3 phases de construction

Dans le cadre de la rénovation et la modernisation de la fortification de Kirschbaumwasen, le projet de construction de Schleith GmbH et PASCHAL est divisé en 3 phases.
La phase 1 comprend la rénovation de certaines parties des zones d'entrée et de sortie des poissons en amont.
La phase 2 est la nouvelle construction d'un bâtiment de dopage très complexe.
La phase 3 comprend le canal d'entrée, qui relie le bassin d'entrée et de sortie des poissons de l'eau en amont à la connexion supérieure de l'ascenseur à poissons dans le bâtiment de dopage.

Le bâtiment de dopage partiellement coffré avec le coffrage LOGO.3Sur le côté droit de la photo, le bâtiment de dopage partiellement coffré avec le coffrage LOGO.3. La photo montre également les caractéristiques topographiques et hydrologiques du chantier.

Phase 1 en amont

Afin de rétablir une véritable continuité écologique de la phase de construction 1, il a fallu renouveler la zone située derrière et sous le pare-écume, et renouveler la passerelle sur toute sa longueur. Pour ce faire, la baie d'enlèvement a dû être asséchée pendant une semaine. Selon les consignes du maître d'ouvrage, un fournisseur d'énergie, la « période sèche » ne pouvait pas durer plus longtemps.
Les travaux de coffrage et d'échafaudage pour deux étais de 9,45 m de hauteur ont dû être réalisés entre le lit de la rivière et le dessous de la passerelle, et raccordés à celle-ci par adhérence. Un étai a été posé d'un seul côté contre la structure existante en 2 cycles de bétonnage de 1 x 4,50 m et 1 x 4,80 m, et, malgré sa section horizontale trapézoïdale, il a été entièrement coffré dans le système, à savoir avec des éléments de coffrage de la gamme PASCHAL. L'arrondi en direction de la Murg a été réalisé avec un insert de coffrage arrondi.
Le coffrage de l'étai à double face a également été effectué aux mêmes niveaux de hauteur en utilisant le système de coffrage LOGO.3. De plus, la construction des coffrages a été équipée de plates-formes de travail de la gamme PASCHAL afin de travailler en toute sécurité. Le pilier demi-rond a également été formé avec un intercalaire en bois fourni par PASCHAL. À l'extrémité de la section transversale conique du pilier, un acier en U de 9,45 m de long a été combiné verticalement avec le coffrage LOGO.3 et bétonné.

La nouvelle construction du bâtiment de dopage, phase 2

Le modèle en 3D illustre la complexité de la construction de l'ensemble du bâtiment. Dès la planification du coffrage, il a fallu prendre en compte l'ensemble de la technologie du bâtiment ainsi que de l'ascenseur à poissons et l'ascenseur à poissons lui-même. D'une part, parce que des composants techniques ont déjà été installés dans la phase du gros œuvre, autour duquel le coffrage et le bétonnage sont effectués, et d'autre part, en raison de la prise en compte des collisions. Bien entendu, aucun étai de renfort, d'ancrage ou de stabilisation, ni aucun hauban, etc. ne doivent entrer en collision avec la technologie du bâtiment et de l'ascenseur à poissons.
L'équipe de planification de PASCHAL a pris en considération tout cela, ainsi que les conditions de chantier exiguës et les défis économiques. Florian Bühler, chef de chantier, tend presque à se passionner lorsqu'il fait part de la coordination et de la préparation du travail sans heurts avec l'équipe de projet PASCHAL, dont il fait également partie en tant que conseiller technique compétent en coffrage.
« Tout est simplement compatible, flexible et absolument fiable chez PASCHAL. Une rouage s'engrène parfaitement dans l'autre et aucun grain de sable (béton) ne pénètre dans l'engrenage, même dans des circonstances mouvementées et imprévisibles », explique Florian Bühler de la société Schleith GmbH.

D'autres structures en béton armé du bâtiment de dopageImage au centre : D'autres structures en béton armé du bâtiment de dopage sont en cours de préparation pour le bétonnage autour des installations techniques, comme le cylindre de l'ascenseur à poissons (tuyau jaunâtre), en utilisant les systèmes de coffrage et d'échafaudage de PASCHAL. Les sacs de sable protègent le bâti contre les variations du niveau d'eau de la Murg.

Le coffrage LOGO.3 est utilisé pour les constructions de la construction des murs en béton du bâtiment de dopage, en partie combiné avec le coffrage poutres trapézoïdales. Aucun rééquilibrage n'est nécessaire grâce à la gamme de panneaux, malgré une géométrie exigeante avec de nombreuses saillies murales, des hauteurs de murs extrêmement variables de 2,40 m à 8,10 m et différents niveaux de dalles. Tout est coffré de manière homogène au sein du système, de sorte qu'il n'est pas nécessaire de tenir compte d'un affaiblissement de la pression du béton frais lors du bétonnage.
Comme le bétonnage est effectué en partie contre la structure existante, les systèmes de coffrage de mur sont utilisés ici comme systèmes à simple et double face, et sont fixés avec des chevalets de support de 4 m et 6 m de hauteur. Le PASCHAL Deck est déjà prévu pour ce qui concerne les dalles coulées sur place.

 

Partager sur: